Arendt et Heidegger

Arendt et Heidegger

Traducción: D. Munnich

Editorial: Payot

Páginas: 500

Año: 2008

EAN: 9782228903677

33,40 €
5% de descuento
31,73 €
ENVÍO GRATIS
No disponible ahora

Tiempo de entrega:
Por consultar al distribuidor
Le trait essentiel de cet ouvrage brillant est de se focaliser sur la théorie de l´action politique. Au-delà d´une phénoménologie de l´action et du domaine public, l´auteur met en évidence l´originalité et la radicalité de cette théorie. En effet, Hannah Arendt dissocie cette pensée de l´action du modèle téléologique, moyens/fins, résultant d´une confusion entre l´agir et le faire. Du même coup, l´action acquiert une portée ontologique : elle est un mode d´être dans le monde. Il ne s´agit de rien moins que d´une révolution de la pensée politique, née d´un engagement passionné envers la pluralité humaine et l´espace d´apparence où elle est appelée à se manifester. Aussi l´oeuvre de Hannah Arendt ne saurait être réduite à un renouvellement d´Aristote (Habermas). L´horizon dans lequel Dana R. Villa lit Hannah Arendt est celui découvert aussi bien par Walter Benjamin que par Martin Heidegger, à savoir un rapport à la tradition qui se veut une déconstruction, au sens où il importe de retrouver au-delà de la tradition une expérience originaire qu´elle occulte. La question est : Comment l´institution de la philosophie politique - Platon, Aristote - de par la substitution de la poiésis à la praxis a rendu inaccessible l´excellence de l´existence politique, le bios politikos ? Or, paradoxalement, cette révolution de la pensée politique n´a pu être effectuée qu´à l´aide de Nietzsche et de Heidegger. Hannah Arendt n´est la disciple ni de l´un ni de l´autre. Mais c´est avec Nietzsche et Heidegger qu´elle a redécouvert la complexité de l´action, qu´elle a fait retour au noyau phénoménal de l´expérience de la liberté en tant que virtuosité. L´image arendtienne de la Grèce ne saurait pour autant se confondre avec celle de Heidegger. Elle est centrée sans nostalgie ni illusion sur l´agora, tandis que l´image de Heidegger voit dans la communauté politique le site du dévoilement de l´être. Deux destins différents du politique donc : l´un n´hésitant pas à participer à la plus catastrophique des entreprises de domination totalitaire, le nazisme ; l´autre gardant foi, en dépit de son pessimisme, dans l´action humaine. Penseur de la résistance agonistique, Hannah Arendt reste en quête de la petite brêche par où s´engager pour barrer la route à la catastrophe.