Saltar a: Contenido ��� | Pie de la página ��� | Menú principal ���


HH

Lissarrague, François

La cité des satyres : une anthropologie ludique : Athènes VIe-Ve siècles avant J.-C

Figure mythologique, le satyre apparaît comme une invention picturale du début du VIe siècle et son succès ne se dément pas durant les deux siècles suivants. Les peintres de la vaisselle de banquet produite à Athènes aux VIe-Ve siècles avant J-C, donnent en effet une large place à cet être mi-humain, mi-animal, toujours en décalage avec les normes de la cité athénienne. Outre l´apport du drame satyrique et l´usage d´une onomastique significative, François Lissarrague étudie les satyres à travers la représentation de leurs corps hybrides, leur sexualité débordante, leur rapport à l´animalité (centaures, ânes, boucs, singes), pour s´intéresser ensuite aux formes sociales de leur activité.
Qu´il s´agisse de l´usage du vin, de la danse et de la musique, de la guerre contre les Géants, des fêtes et rituels dans une cité dionysiaque, tout comme des relations avec les dieux, au-delà de Dionysos, en particulier avec Héraclès et Hermès, les plus proches des hommes, les satyres sont partout et créent la surprise. Ces représentations travaillent de larges pans de la culture athénienne sur le mode de l´imaginaire et de la plaisanterie ; elles permettent de repenser les catégories sociales mises en jeu et dessinent ainsi une anthropologie ludique ; voilà pourquoi les satyres sont bons à montrer.

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y mostrarle publicidad relacionada con sus preferencias mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información en nuestra "Política de cookies".

Saltar a: Contenido ��� | Pie de la página ��� | Menú principal ���