Saltar a: Contenido ��� | Pie de la página ��� | Menú principal ���


Recordar Clave

Nuevo usuario

FF

Carraud, Vincent

Pascal. Des connaissances naturelles à l´étude de l´homme

Pascal a revendiqué l’abandon de l’étude des sciences au profit de celle de l’homme. Qu’entendre par l’étude de l’homme? D’abord la recherche de la nature du « moi humain ». La fécondité que L’art de persuader accorde au « je pense donc je suis », en tant que principe d’une « physique entière », est telle qu’en est déniée toute portée au cogito augustinien. Mais si Pascal prend acte de l’innovation radicale des Meditationes en créant en français « le moi », c’est pour dessaisir ce moi de sa primauté métaphysique et ne le trouver que dans la dépravation de la volonté. Le moi donc, mais pas encore l’homme. Ensuite, après l’échec des Provinciales, le dessein apologétique pascalien consiste à montrer la supériorité de la vraie religion sur les philosophies, qui seule peut rendre raison de la double « condition de l’homme ». Ce projet s’enracine dans une première anthropologie qu’on qualifiera d’abstraite en ce qu’elle a pour objet de définir l’essence contradictoire de l’homme. Enfin, Pascal en vient à envisager les hommes dans leur existence même. Les deux thèmes de la gloire (humaine) et du divertissement permettent de caractériser cette anthropologie existentielle, au terme de laquelle s’éclaire la puissance d’aliénation de l’imagination. L’analytique de l’existence humaine constitue dès lors ce qu’on appellera la seconde anthropologie de Pascal.

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y mostrarle publicidad relacionada con sus preferencias mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información en nuestra "Política de cookies".

Saltar a: Contenido ��� | Pie de la página ��� | Menú principal ���