Saltar a: Contenido ��� | Pie de la página ��� | Menú principal ���


S

Bonardel, Françoise

Des héritiers sans passé

Lors de la publication d´Errata, en 1998, George Steiner était présenté par son éditeur comme l´" une des dernières figures de la grande culture européenne ". Le message est brutal, peut-être excessif; il annonce en tout cas une Europe en voie de déculturation... et cela semble aller de soi. Mais s´il y a une crise de la " grande culture européenne ", encore faut-il s´interroger sur la signification du mot culture et sur ce que représente aux yeux de nos contemporains le patrimoine culturel européen. Or, au moment où les débats sur l´identité se multiplient de part et d´autre en Europe, force est de constater que ce qui devrait précisément faire l´enjeu de la réflexion est présupposé, voire ignoré. À l´ère de la mondialisation, sommés de choisir entre l´attachement patriotique, exclusif et autoritaire, et le " métissage ", source de bien des confusions et d´un relativisme culturel intégral, nous sommes les héritiers d´un passé au regard duquel nous nous reconnaissons de moins en moins endettés. En ce sens, il n´a peut-être jamais existé de crise culturelle plus inquiétante. Ni nostalgique ni passéiste, l´auteur du présent essai ne délivre pas une leçon de géopolitique ; elle préfère montrer de quelle manière la culture européenne a durant des siècles refusé l´alternative contemporaine entre cosmopolitisme et enracinement dont elle a au contraire enseigné le dépassement.

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y mostrarle publicidad relacionada con sus preferencias mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información en nuestra "Política de cookies".

Saltar a: Contenido ��� | Pie de la página ��� | Menú principal ���