La tuerie d´Ehden ou la malediction des arabes chrétiens

La tuerie d´Ehden ou la malediction des arabes chrétiens

FichaTextoEditorial Fayard

FichaTextoPaginas 386

FichaTextoAno 2009

FichaTextoEan 9782213643656

$24.80
FichaTextoEnvio
FichaDisponibilidadNoExistencias

FichaDisponibilidadTiempoEntregaTitulo
FichaDisponibilidadTiempoEntregaValor23

13 juin 1978 dans les montagnes du Liban Nord. Depuis minuit, les unités de combat Kataëb, le parti phalangiste de la famille Gémayel, bouclent la région d´Ehden, un village de montagne au coeur du fief de la famille Frangié. 4 heures du matin : un coup de canon donne le signal de l´assaut. Maîtres d´oeuvre de " l´opération Cèdre ", les services secrets israéliens ont monté une opération secrète dans l´opération: persuader Béchir Gémayel d´en confier le commandement à Samir Geagea pour être sûrs d´atteindre les objectifs visés. Le député Tony Frangié, sa femme Véra et leur fille Jihane, trois ans, sont assassinés. Vingt-huit villageois sont tués. En éliminant un dirigeant chrétien de premier plan hostile à Israël, le Mossad vient d´inventer le concept d´" assassinat ciblé ". Il offre ainsi le pouvoir chrétien à Béchir Gémayel, portant à la présidence de la République libanaise une famille qui lui est favorable et à travers laquelle Tel-Aviv pourrait signer une paix séparée avec le Liban. Inaugurant une longue série de guerres interchrétiennes, la tuerie d´Ehden resserre le " noeud maronite " entre les phalangistes alliés à Israël et les Arabes chrétiens qui revendiquent leur pleine et entière appartenance au monde arabe. Trente ans plus tard, le noeud n´est pas desserré. Le général Aoun et Sleimane Frangié, le fils du député assassiné, incarnent l´avenir des Arabes chrétiens. Leur combat constitue un démenti au prétendu " choc des civilisations " qui voudrait voir s´affronter l´Occident et l´Orient.