Saltar a: Contenido � | Pie de la página � | Menú principal �


FF

Madame de Staël

Sur le suicide

Germaine de Staël (1766-1817) fut tentée toute sa vie par le suicide. Elle se peint elle0même comme une âme en quête de raison mais toujours entrainée malgré elle vers la passion. Romancière, essayiste, philosophe, théoricienne politique, critique littéraire, elle représente le dernier éclat de l’esprit encyclopédique des Lumières. Dans ces Réflexions, elle soutient que la résignation à son destin est d’un ordre moral plus élevé que la révolte. La mort volontaire dont le but est de se défaire de la vie est à distinguer de celle qui a pour but le dévouement à la cause. La première est porté par la révolte contre son sort et ne doit susciter aucun enthousiasme L la seconde est portée par l’amour du devoir. Madame de Staël recommande donc une certaine indulgence à l’égard d’un type de mort volontaire, le suicide politique à la romaine. Elle admet que si l’on est « incapable de la résignation chrétienne à l’épreuve de la vie, du moins devrait-on retourner à l’antique beauté du caractère des ancien ». Mais à la suite de Socrate pour qui la décision de la mort ne nous appartient pas, elle juge l’acceptation des épreuves de la vie comme un comportement moralement supérieur.

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y mostrarle publicidad relacionada con sus preferencias mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información en nuestra "Política de cookies".

Saltar a: Contenido � | Pie de la página � | Menú principal �